Bulletin de psychiatrie
(parution semestrielle ou annuelle)
Bulletin hors série
(Complément du Bulletin)
Edition de janvier 2017
   Mise à jour en janvier 2017 version 06022017

L'anatomie du génie


Dr Ludwig Fineltain
Neuropsychiatre
Psychanalyste
Paris

E-mail: fineltainl@yahoo.fr
Retour à la page de garde

______________________________

echecs    
   

L'anatomie du génie
   Réflexion sur le génie
   Une figure de génie: François-André Philidor


   François-André Danican Philidor dit Philidor le Grand est issu d'une dynastie de musiciens du roi. Il devint un compositeur célèbre sous Louis XV.
Les Philidor ont constitué depuis plusieurs générations une véritable dynastie de musiciens du roi. Les Danican ou Duncan ont une lointaine origine écossaise. François-André Danican Philidor est né à Dreux en 1726 et il meurt à Londres en 1795, désespéré de n'avoir pu rentrer en France. François-André Philidor nous a donné 26 ouvrages lyriques. Il fut aussi le plus célèbre joueur d'échecs de son temps.
   Philidor est reçu à l'âge de 6 ans comme page à la Chapelle du Roi à Versailles. A 12 ans il exécute un Motet à Grand Chœur de sa composition devant le Roi Louis XV. C'est avec les musiciens de la Chapelle qu'enfant il apprend le jeu d'échecs. Ses compositions sont nombreuses. On connaît de lui surtout Ernelinde princesse de Norvège, l'oratorio Carmen Sæculare et l'Ode pour la convalescence du Roi George III.
   La précocité, les dons multiples et la postérité de l'œuvre doivent être soulignés. Et nous nous posons à son propos la question du mystère des dons et du génie c'est-à-dire celui des intelligences exceptionnellement élevées? Est-ce le hasard des naissances, est-ce la théorie des dons multiples, en l'occurrence la musique et les échecs, est-ce la mixité des origines française, anglaise et écossaise ou bien encore l'aspiration au pouvoir qui habite aussi l'idéal des Lumières des encyclopédistes. Nous ne manquons pas d'être fascinés par tant de capacités créatives réunies? Enfant, très tôt il démontre une vive une curiosité à propos des mystères de la vie. Cette constatation est absolument essentielle. Nous savons aussi qu'il a appartenu assez tôt à une loge maçonnique, la Société Olympique, comme beaucoup de grands artistes de son temps.
   

Philidor intime

   Norbert Dufourcq et Marcelle Benoit dans la revue Recherche fondée en 1960 ont publié un recueil des lettres intimes de Philidor à sa femme. Il écrit sur un ton étonnamment badin de petites lettres familières exposant ses bonheurs et ses peines. Philidor a toujours été extrêmement actif. Il composait de la musique et jouait des parties d'échecs en particulier avec le comte de Brühl. Il pouvait conduire trois parties en simultanée et à l'aveugle, ce qui me paraît assez remarquable. Les Maîtres internationaux de nos jours pourraient jouer en simultanée contre 12 échiquiers mais ils ne pratiquent pas aussi aisément le jeu à l'aveugle. Philidor pour ce motif jouissait de l'admiration de toute l'élite européenne. Le jeu d'échec le faisait vivre.
   On a tout autant étudié aussi bien ses compositions musicales que son Analyse du jeu des Echecs. Mais cependant on ne s'est jamais penché sur l'exceptionnelle intelligence que toutes ces qualités assemblées requièrent. Il fréquentait au Café de la Régence des esprits forts qui pensaient que le refus de la "Tyrannie et du Despotisme devait conduire les peuples sur le chemin de la Vertu". Gagner sa vie en jouant aux échecs n'était qu'un palliatif. Il écrit à sa femme de ne pas oublier de représenter ceci en haut lieu: "Il est ridicule que l'auteur d'Ernelinde soit obligé de jouer aux échecs la moitié de l'année en Angleterre pour faire subsister sa nombreuse famille".
   

Philidor est un héritier des Lumières

   Philidor est un personnage tout droit issu des tableaux de Greuze et de Chardin. Enfant il est formé parmi les musiciens du Roi. Enfant apparemment précoce il enseigne la musique quand il a 14 ans et il apprend très vite à jouer aux échecs, entre les répétitions musicales, notamment avec le très sévère Maître de Chapelle à Versailles. Un jour au moment de faire échec et mat il se sauve en courant pour ne pas être fouetté pour son impertinence.
   C'était un homme d'esprit. Alors qu'il séjourne à Londres il persifle au spectacle de l'afflux des émigrés contre-révolutionnaires: "Nos aristocrates réfugiés ont la rage au coeur de ce que la guerre civile n'aura pas lieu. Les Aristocrates nous promettent encore une secousse pour le mois de juin. Les favoris de la cour, le clergé, la magistrature et les financiers font l'impossible pour susciter une guerre civile mais je pense qu'ils n'y parviendront pas". Ainsi Philidor nous apparaît comme un révolutionnaire tranquille. Il écrit à sa femme: "J'ai lu dans les gazettes que tout citoyen doit renouveler son serment civique sous une autre forme: j'enverrai le nécessaire". Le retour en France, hélas, ne sera jamais exaucé malgré tous les efforts qu'il a déployés. Il va demeurer loin de la France, à Londres entre 1783 et 1795 et ne put malheureusement jamais rentrer dans la France révolutionnaire malgré son désir ardent. Il meurt donc à Londres.
   

Philidor et le jeu d'échec

Paris en 1750 est la capitale européenne du beau jeu d'échec. Diderot, Rousseau et Voltaire y jouent régulièrement au Café de la Régence sur la place du Palais Royal. De grands maîtres se distinguent comme Sire Kermuy de Legal (1702-1792). Dans ce même café Philidor gagne en 1744 sa première partie d'échecs à l'aveugle contre l'abbé Chenard. Cette aptitude jugée extraordinaire est relatée dans la Grande Encyclopédie. Puis il publie en 1749 à 22 ans sa très célèbre "Analyse du Jeu des Echecs" (on écrivait à l'époque "L'Analyze des Echecs") qui va connaître un succès considérable. Le jeu d'échecs devient grâce à lui tout à la fois un art et une science avec sa dimension actuelle de tactique et de stratégie. Philidor privilégie le jeu des pions, les pions en chaîne, les pions isolés et les pions passés. Ainsi dit-il à la façon d'un dicton: "Les pions sont l'âme du Jeu d'Echec".
   L'histoire retiendra une seconde rencontre entre la musique et le jeu d'échecs. L'Américain Paul Morphy très grand joueur d'échecs se propose de vaincre ses deux adversaires en 1858 à l'Opéra de Paris pendant la durée de l'entracte de la Norma de Bellini. Il joue l'ouverture de Philidor et bat ensemble le Duc de Brunswick et le Comte Isouard qui pourtant unissaient leurs efforts.
   L'ouverture Philidor a exercé une durable influence sur les joueurs européens et sur ceux du Nouveau Monde pendant une centaine d'années! Le soviétique Kotov reconnaît sa dette dans son traité, "L'Ecole d'échecs soviétique", édité en 1959 dans sa traduction française. Il donne comme exemple l'influence de Philidor sur Alexandre Pétrov. Le premier grand joueur russe, Petrov, en 1950 dans son livre "Le jeu des échecs mis en système et illustré par des parties de Philidor suivies de commentaires" argumentait le fameux adage "Les pions sont l'âme de la partie" et la nécessité de créer une solide chaîne de pions.
   Philidor invente un début original, la partie du Cavalier français ou Partie de Philidor que l'on nomme aussi Partie Française ou Défense Française. La stratégie y est organisée autour des pions, "l'âme de la partie", sous la forme d'une chaîne de pions. Il existe des variantes.
   l.e2-e4 e7-e6 2.d2-d4 d7-d5 3.Cbl-c3 Ff8-b4 4.e4-e5 c7-c5 5.a2-a3 Fb4*c3+ 6.b2*c3 Cg8-e7
   Philidor propose 3...f7-f5 après 3.d2-d4 pour éviter une obstruction des noirs et ainsi se développe une partie animée. Le très célèbre grand maître Nimzowitch en a étudié les nombreuses variantes. Les parties d'échecs de Philidor sont dites ouvertes parce qu'elles permettent la sortie précoce du Cavalier blanc donnant ainsi aux Blancs une position d'emblée dominatrice. Une réponse différente: I.e2-e4 e7-c6 2.d2.d4 d7-d5 aboutit au contraire à une partie fermée et finalement à la nullité.
   La célèbre partie de Brühl à Londres en 1788 oppose le comte de Brühl (blancs) à Philidor (noirs). Elle se termine au 44ème coup par un abandon des blancs
   1. e4 e5 2. f4 e*f4 3. Nf3 g5 4. Bc4 Bg7 5. h4 h6 6. h*g5 h*g5
   7. R*h8 B*h8 8. d4 g4 9. B*f4 g*f3 10. Q*f3 Qe7 11. c3 Nf6 12. Nd2 d5 13. Bd3 d*e4 14. N*e4 N*e4
   15. Q*e4 Q*e4+ 16. B*e4 c6 17. Kd2 Be6 18. b3 Nd7 19. Rh1 Bf6 20. Kc2 O-O-O
   21. Bd6 Nb6 22. Bc5 Kc7 23. Rh7 Rh8 24. c4 R*h7 25. B*h7 Nd7 26. Kd3 N*c5+
   27. d*c5 Be7 28. b4 a6 29. a3 f5 30. Bg6 Kd7 31. Bh5 Bg5 32. Bd1 Bc1 33. Ba4 B*a3
   34. Kc3 Bc1 35. Bd1 Bf4 36. Kd4 Ke7 37. b5 Kf6 38. Bf3 Bd7 39. b6 Bg3
   40. Bd1 Bh4 41. Ke3 Ke5 42. Bf3 Bf2+ 43. Kd3 B*c5 44. Kc3 B*b6 0-1
   Les finales de Philidor sont également célèbres. La position de nullité de Philidor oppose en finale Tours et Pions. Une tour et un pion contre une tour ne gagnent pas si le Roi de la défense commande la case de promotion du pion à Dame. Cette finale possède surtout une grande valeur pédagogique.
   

La théorie du jeu

   Les théoriciens du jeu par la suite donneront la priorité au développement des pièces aux dépens des pions sauf bien entendu dans les finales. Les Russes, nous le savons, ont pris une part immense dans le développement contemporain du jeu. On peut très sérieusement estimer que leur influence en Europe fut déterminante dès 1867 et devint écrasante à partir de la 2ème guerre mondiale. L'Ecole Russe depuis 1948 dominait le monde des échecs jusqu'en 1972. L'année du "match du siècle" à Reykjavik a vu la victoire du canadien Bobby Fischer sur le soviétique Boris Spassky. Le jeu a été constamment soutenu et encouragé par le régime communiste pour des raisons obscures. Quoi qu'il en soit les jeunes russes trouvaient là une merveilleuse occasion de sortir de la grisaille et de voyager à l'étranger. Beaucoup d'entre eux sont restés en France et ont fréquenté le célèbre Club Caïssa à Paris. On peut aussi voir au Jardin du Luxembourg près de l'Orangerie un carré de joueurs d'échecs. On n'y parle pas forcément la même langue mais le langage international est assurément le jeu d'échecs.
   

Le jeu d'échecs, l'intelligence humaine et l'intelligence artificielle

   L'informatique s'est très tôt intéressée au jeu d'échecs. Voici comment Simon et Newel en 1957 prédisaient l'avenir: "Dans dix ans, disaient-ils, le champion du monde d'échecs sera un ordinateur. Un ordinateur aura découvert et démontré un nouveau théorème mathématique et enfin la plupart des thèses en psychologie auront la forme de programmes d'ordinateurs ou de commentaires sur de tels programmes". Les prédictions pêchent souvent par un excès d'optimisme technologique. Aucune d'entre elles ne s'est réalisée 10 ans après conformément à la prédiction. Les logiciels de jeu ChessGenius et Mephisto sont plus ou moins élaborés. La version Deep Thought 0.01 a été créé en mai 1988 et la version 0.02 en novembre 1988. Elle possède deux processeurs VLSI (Very Large Scale Integration) capables d'analyser 720000 coups par seconde. Deep Blue apparaît plus tard doté de 256 processeurs capables de recenser les coups légaux, de consulter les bases de données, d'évaluer la position obtenue et d'énumérer les variantes. Nous avons assisté au premier match entre Deep Thought et Kasparov en septembre 1989 soit 32 ans après la prédiction. Le logiciel est battu! Et puis en 1996 Deep Blue au cours d'un match de revanche bat le même Kasparov dans une forme très rapide du jeu d'échecs c'est-à-dire en "blitz". En 2002 Fritz fait match nul contre le Grand Maître International Vladimir Kramnik. En janvier 2003 Kasparov affronte Deep Junior: le résultat est de 3-3. Si, en 1997, l'ordinateur Deep Blue calculait 300 millions de coups par seconde, en 2003 Deep Junior calcule seulement 3 millions de coups par seconde. Une meilleure connaissance du jeu d'échecs est donc plus efficiente! En novembre 2003 enfin Kasparov affronte Fritz X3D: 2- 2 Entre le jeu d'échecs et l'informatique se déroule un inquiétant et fascinant ballet. Il se pourrait bien que l'informatique mette un jour en péril le côté spontané du jeu d'échecs et compromette son avenir.
   Le jeu d'échecs est le modèle classique des jeux de stratégie intellectuelle. Il constitue un très bon modèle d'étude dans le domaine de l'intelligence artificielle. Le nombre des combinaisons est très élevé tandis que l'anticipation humaine est limitée. Les ordinateurs jouent maintenant dans ce domaine le rôle que nous connaissons tous. Par comparaison avec les ordinateurs on peut imaginer qu'un joueur disposant de 3 minutes pour exécuter un seul coup procède à un équivalent machine de 30 millions de mouvements! Le programme américain Deep Thought espérait examiner un demi-milliard de positions par seconde. Nous voici donc plongés dans cette science fascinante, l'heuristique, qui n'est pas seulement l'art de la découverte mais aussi la méthode algorithmique de solution des problèmes informatiques.
   

Le génie des peuples et le génie des hommes
   Le génie des peuples

Après Legal et Philidor ce sont Deschapelles et surtout Louis-Charles Mahé de La Bourdonnais qui représentent brillamment l'Ecole Française. Les premiers "Grands Maîtres" étaient donc des Français dont Philidor et La Bourdonnais sont les plus illustres. Cette époque de suprématie française est bien révolue. Nous avons perdu cette primauté à partir de la fin du XIXème siècle. Etrange destin du génie français. Pourquoi cette perte de prestige dans les différents domaines où nous étions excellents?
   Je ne parle pas seulement du jeu d'échecs.
   J'observe le même processus inexorable dans les sciences comme la physique et la biologie ainsi qu'en médecine. Dans ma discipline favorite qu'est la psychiatrie, les écoles françaises de Bernheim à Nancy et de Charcot à Paris rayonnaient dans le monde entier jusqu'à la fin du XIXème siècle. Puis ensuite ce sont les Allemands avec Kraepelin et puis de nos jours les spécialistes des Etats-Unis qui occupent cette position éminente.
   

Le génie des hommes
   1)Les opérations intellectuelles

Quels sont les mécanismes essentiels de l'intelligence?
   L'intelligence pour le philosophe est une capacité d'analyse logique du concept, une capacité de jugement et de raisonnement. L'intelligence pour le psychologue et le psychiatre est une synthèse de capacités. Elle est avant tout une capacité de s'adapter au milieu, une souplesse de l'adaptation mentale aux circonstances nouvelles qu'il faut opposer aux instincts et aux habitudes.
   On a coutume de distinguer l'intelligence pratique de l'intelligence conceptuelle. Cette posture fort peu scientifique a provoqué de notables erreurs d'évaluation chez un grand nombre de psychologues. Certains d'entre eux en effet, aux résultats des tests psychométriques d'intelligence, dissocient les items de performance des items verbaux. Or la psychométrie, depuis ses origines, n'autorise pas cette sorte de découplage des fonctions.
   Diverses théories s'affrontent:
   -Celle des processus résultant de tâtonnements avec de brusques ou immédiates restructurations des conduites. Cette théorie est proche de la Gestalttheorie ou psychologie de la forme.
   -Celle de la de la psychologie génétique de Piaget qui m'a beaucoup influencé. Les opérations intellectuelles dont la forme supérieure est logique et mathématique constituent des actions réelles. Les opérations se groupent entre elles en systèmes d'ensembles mobiles et réversibles. La formation des connaissances chez l'enfant suit un processus qui va du niveau sensori-moteur "adualiste", pré-opératoire puis opératoire avec la capacité d'opérations concrètes et enfin au niveau des opérations formelles ou logico-mathématiques dès 11-12 ans. Il se produit une union en un seul groupe quaternaire (dit groupe de Klein "INRC") des inversions et des réciprocités au sein des combinaisons propositionnelles. Les opérations concernent désormais la combinatoire propositionnelle.
   -Celle de Spearman qui s'intéressait en psychométricien au rendement du mécanisme mental. Il dit de l'intelligence qu'elle n'est ni induction ni déduction mais une capacité "d'éduction des corrélations". Dans cet esprit, une intelligence générale indépendante des aptitudes spécialisées et des connaissances est un objet de recherche en particulier dans la direction d'un hypothétique facteur g d'intelligence pure. L'intelligence aux tests ou efficience intellectuelle représente un aspect purement technique de la psychologie. Le résultat de chaque test comprend le facteur g d'intelligence générale commun à tous les tests et le facteur S spécifique de chaque test. Cette conception a marqué des générations de psychologues. Notons qu'elle continue d'inspirer les recruteurs des institutions militaires mais aussi des associations privées comme Mensa.
   

2)Les fondements du génie

Le génie était jadis une faculté qu'on accordait à ceux qui étaient bénis des dieux. Il y avait quelque chose de consubstantiel entre l'esprit qui brille et les divinités. Les temps antiques sont caractérisés par la vénération de petits génies des lieux. Chacun d'entre nous affectionne un "génie familier" comme on dit des dieux du foyer, des pénates ou des dieux lares. Les lares étaient attachés à des lieux fixes qui sont donc des laraires. On les honorait "non comme des divinités protectrices de la famille mais comme des génies du foyer et des demeures". Ce sont aussi des dieux agraires, des dieux des carrefours ou lares compitales, de la maison ou lares familiares et des dieux de l'État ou lares praestites. Les gouvernements aujourd'hui en auraient bien besoin! Notons que le même mot désigne deux choses. Notons encore que la vivacité de l'esprit était donc associée à la brillance des dieux.
   Nous avons aujourd'hui dissocié les esprits géniaux des dieux protecteurs!
   Quels sont les traits qui caractérisent ceux qu'on reconnaît comme des génies? Kant décrit ainsi le génie: "On voit par là que le génie: 1° est un talent, qui consiste à produire ce dont on ne saurait donner aucune règle déterminée; il ne s'agit pas d'une aptitude à ce qui peut être appris d'après une règle quelconque; il s'ensuit que l'originalité doit être sa première propriété; 2° que l'absurde aussi pouvant être original, ses produits doivent en même temps être des modèles, c'est-à-dire exemplaires et par conséquent, que sans avoir été eux-mêmes engendrés par l'imitation, ils doivent toutefois servir aux autres de mesure ou de règle du jugement; 3° qu'il ne peut décrire lui-même ou exposer scientifiquement comment il réalise son produit, et qu'au contraire c'est en tant que nature qu'il donne la règle; c'est pourquoi le créateur d'un produit qu'il doit à son génie, ne sait pas lui-même comment se trouvent en lui les idées qui s'y rapportent et il n'est en son pouvoir ni de concevoir à volonté ou suivant un plan de telles idées, ni de les communiquer aux autres dans des préceptes, qui les mettraient à même de réaliser des produits semblables ; 4° que la nature par le génie ne prescrit pas de règle à la science, mais à l'art; et que cela n'est le cas que s'il s'agit des beaux-arts."
   

3)Le génie se dit surtout du beau sublime


   Le génie se dit surtout du beau sublime dans la peinture et dans la musique. Pourquoi reconnait-on Mozart, Léonard de Vinci, Einstein, Freud, Picasso, Victor Hugo ou Marie Curie comme des génies? Parce qu'ils ont développé un don exceptionnel et qu'en outre ils ont fait preuve d'une créativité hors norme. Nous connaissons bien entendu dans ce panthéon des esprits d'autres personnes exceptionnelles. Ainsi dans ma conception personnelle Philidor en est un exemple!
   Le génie est donc une capacité de produire quelque chose de hautement original. Le génie caractérise la personne dont les excès surprennent le public. Mais aussi les génies "font l'histoire" par leurs contributions dans des domaines variés. Cela signifie que le génie apporte la preuve d'un accomplissement. La définition psychométrique a certes un grand intérêt. Elle caractérise les individus ayant un Quotient Intellectuel d'au moins 140 aux batteries de tests d'intelligence. Cette question du QI et du facteur g d'intelligence générale suscite cependant des discussions sans fin. On peut avoir un QI extrêmement haut et ne rien accomplir et à l'inverse réaliser des productions absolument majeures avec un QI de 125.
   Le génie est aujourd'hui celui qui est capable d'innover. On trouve parmi eux des créateurs de théories scientifiques ou de systèmes philosophiques. Hegel, Freud et Einstein en sont de bons exemples.
   

4)L'histoire du génie

Les discours sur le génie sont apparus au XVIIIe siècle dans les écrits de Diderot, de Goethe et de Kant. Pour ces auteurs les composantes du génie sont de l'ordre du tempérament ou de la nature. Diderot privilégie la "sauvagerie" de la primitivité productrice, Goethe le côté démoniaque tandis que Kant détermine les trois traits de cette création sans règles: l'originalité, l'exemplarité, l'imagination.
   Ils regardent le génie comme l'héritier d'un feu sacré qui anime l'artiste humaniste. Mais pour créer une grande œuvre il faut avoir la foi en l'œuvre. Bref croire et créer sont inséparables. Mais aujourd'hui on ne s'abîme plus devant les mystères divins: on affronte les énigmes. La création est une chance sur fond de danger.
   

5)La psychologie du joueur d'échecs

Il existe une forme de coexistence entre le jeu d'échecs et l'intelligence. C'est une ancienne coutume que de rattacher ce jeu à l'intelligence. Le jeu d'échecs mobilise quelques uns des mécanismes essentiels de l'intelligence. L'ingénieur François Le Lionnais suggérait d'en faire une matière d'étude scolaire. Beaucoup d'études de psychologues démontrent une corrélation élevée entre les réussites à des tests d'intelligence et le classement aux échecs.
   Le jeu d'échecs est un exercice de la maîtrise intellectuelle sur l'espace et le temps. C'est un jeu de conquête intellectuelle. Les joueurs d'échecs manifestent quelques dispositions particulières de l'esprit. Parmi celles-ci la structure psychique dite "obsessionnelle". Le jeu favorise ou exacerbe ces structures psychiques particulières donnant des satisfactions aux besoins d d'ordre, de méticulosité, de précision et de calculs mathématiques ou plus exactement de pensée calculante. Les dispositions agressives sont également utiles aux joueurs d'échecs. Les joueurs ne sont pas tendres entre eux! On y a cultivé un jargon peu aimable pour désigner le niveau de jeu des adversaires. Ainsi dit-on: "Il ne sait pas jouer, c'est une mazette". On disait jadis "Mazette voit échec, mazette fait échec". La pulsion agressive se trouve en quelque sorte convertie en représentations intellectuelles que sont la tactique et la stratégie. Les figures et les métaphores de l'agressivité guerrière sont en particulier très évidentes dans la technique du blitz qui est une forme très rapide du jeu d'échecs. De là découle le goût du jeu de la guerre. Marcus Hieronymus Vida en 1525 dit le simulacre de la guerre dans son poème Scacchia ludus
   Ludimus effigiem belli, simulataque veris
   Praelia, buxo acies fictas, et ludicra regna,
   Nous jouons le simulacre de la guerre
   Le jeu d'échecs intéresse la psychologie clinique. On a insisté sur la fréquence de troubles de la personnalité chez des génies du jeu d'échecs. On a souligné la propension à la psychorigidité qui est une forme d'esprit proche de la paranoïa. Ainsi de très grands joueurs comme Morphy, Steinitz, Kortschnoï et surtout Bobby Fischer ont-ils eu une tendance à verser dans un délire de persécution paranoïaque. Je me dis que je suis fort aise de n'avoir été jadis qu'un joueur très moyen, ainsi Dieu merci, je crois avoir été à l'abri d'une aussi redoutable décompensation psychique.

   Le jeu d'échecs a servi les intérêts des idéologies. Le champion du monde Kasparov a démontré que les joueurs d'échecs pouvaient en somme personnifier des régimes. Les uns symbolisaient le passé soviétique tandis que lui même représentait un futur démocratique. Ce plaidoyer est difficile à étayer mais admettons toutefois que le jeu d'échecs fut une magnifique scène où s'affrontaient les représentants de la Guerre Froide. Le moment le plus remarquable fut en en 1972 la victoire de Bobby Fisher l'homme de l'Ouest sur le Soviétique Boris Spassky. Des transfuges russes eux-mêmes se sont publiquement manifestés. Rappelons que Kortchnoï, exfiltré d'Union Soviétique, avait disposé le drapeau noir des corsaires sur sa table de jeu à l'occasion des rencontres internationales! Notons encore qu'un jeune joueur pouvait faire une carrière d'apparatchik en URSS sans pour autant aimer sincèrement ce jeu. Cela ressemble au destin des enfants pauvres des favellas du Brésil et ceux des villages africains qui rêvent de football et de boxe pour réussir leur ascension sociale.
   Le jeu d'échecs et l'esthétique.- II existe en effet dans ce jeu une dimension esthétique. Ceux qui ne sont pas familiers du jeu d'échecs doivent savoir qu'il ne se réduit pas seulement au plaisir du jeu et à une stratégie méthodique de la victoire sur le camp ennemi. François Le Lionnais, célèbre amateur de jeu d'échec, ingénieur chimiste féru de mathématiques, avait jadis publié un livre mémorable intitulé: "Les Prix de Beauté au Jeu d'Echec". Eh bien oui! Il existe des critères de beauté dans de nombreuses parties d'échec et beaucoup de joueurs y sont sensibles.

6)François-André Philidor: un génie français

   Le monde entier connaît mieux le Philidor théoricien du jeu d'échecs que le compositeur de musique.
   C'est à propos du destin de Philidor que nous pouvons examiner les ressorts du génie. Nous nous posons à son propos la question du mystère des dons et du génie c'est-à-dire celui des intelligences exceptionnellement élevées. Nous avons remarqué chez cet homme le grand compositeur et le génial théoricien du jeu d'échecs.
   Que savons-nous des capacités intellectuelles et surtout de l'équilibre psychologique de Philidor? Enfant, très tôt il démontre des dons précoces et variés et une vive curiosité à propos des mystères de la vie,
   Plus tard son courrier intime, courrier d'exil à Londres, nous a beaucoup appris sur les grandeurs et peut-être aussi les faiblesses de Philidor.
   Bien entendu le destin dote cet homme de dons remarquables. Mais il est licite d'interroger les multiples composantes de la formation intellectuelle de l'enfance à l'âge adulte. Quelle est donc la part du hasard, des dons multiples, des rapports subtils entre la musique, les mathématiques et les échecs, entre les combinaisons harmoniques et celles du jeu d'échecs. Quelle est la part de la dimension multiculturelle de la culture familiale. Les origines sont françaises, anglaises et surtout écossaises. Il n'était pas courant au 17ème et au 18ème siècle de parler couramment anglais. Quelle est la part de l'idéal des Lumières et des encyclopédistes?
   Tout ceci a contribué à nourrir une créativité hors norme, une capacité de produire quelque chose de hautement original et une capacité de faire l'histoire. Les vertus composites qui sont des compléments d'une définition psychométrique façonnent donc le génie.

   Bibliographie
   Société d'études philidoriennes
   La chronique philidorienne
   Recueil des Lettres Intimes de Philidor à sa femme
   

   Recherche médicale sur l'ensemble des sites des Médecins Maîtres-Toile
     Mot exact    avec X Recherche

Ludwig FINELTAIN
   

   Psychiatrist and Psychoanalyst
   PARIS (FRANCE)